Alph Lauren III : Nouveau projet, nouvelle perle

06/04/2018

Renverser 2018 en un tweet.
Alpha Wann vient de le faire...

L'album d'Alpha Wann était l'une des plus grosses attentes de 2017.
Depuis le 15-01-2016 et la sortie du projet "Alph Lauren II", Alpha Wann a transformé le game en salle d'attente.

Son album est annoncé depuis bien longtemps, repoussé bien souvent mais ses apparitions furtives maintiennent les attentes.
En effet, chaque morceau sur lequel débarque Alpha Wann est une tuerie. Sur Cyborg, il signe "Vinyle" et son dingue refrain. Sur "Pilote" il ferme la marche en beauté avec "Jeunes Retraités".
Plus récemment, Alpha a bluffé son monde avec une impro d'une rare qualité sur le "Grunt Hors série éphémère".
Alors, certains vantent le perfectionnisme, d'autres accusent la flemme. Mais tous parlent d'Alpha. L'un des plus gros potentiels du Rap Français se fait discret et s'est contenté de quelques posts sur les réseaux pour affoler tout le monde.

 

 

 

Bon, ne nous enflammons pas trop pour l'album d'Automne, Alpha aime reporter cette sortie. Délectons nous plutôt de la sortie du nouveau "Alph Lauren III".
Il est minuit passé, le projet est dehors.
Dès "Paire de prada", le premier morceau, la vibe est au rendez-vous.
Le délire est dans la parfaite lignée du précédent. Ce volume III tient ses promesses.
Les prods sont cohérentes entre elles et avec la sortie de 2016.
"Comme d'hab le flow est niquel", l'auto critique d'Alpha à l'ouverture du titre "Louvre" est plutôt bonne. Sur les huit tracks de l'EP, il enchaine les façons d'appréhender les prods. La facilité avec laquelle il varie ses flows étonne parfois. Chaque entame de morceau et de couplet est une surprise.
Les deux featurings rythment bien la tape autant par la place qu'ils occupent que par leurs ambiances respectives.
"Courchevel" avec KSA que je connaissais pas encore hier est une réussite, mais aussi un moment de calme avant la tempête qui arrive dès le début de "Louvre".
"Kim K" nous offre un passe passe qui témoigne de toute la complicité qui existe entre Doums et Alpha Wann.

 

La seconde écoute permet elle de prendre conscience de l'écriture chirurgicale qui compose le projet. Il m'a fallu deux reprises pour saisir le plus gros de ce que lâche Phaal. Sur "R5 et Murcielago" il ne faut même pas 30 secondes à Alpha Wann pour enclencher une des phases qui fait l'âme du projet.

"J'ai pas la clé du bonheur,
Je sais juste que les charbonneurs se lèvent à la bonne heure
J'apprends à différencier l'Homme et le diable,
J'prends la vie comme elle vient
J'crois pas aux médias,
J'ai jamais fait l'comédien"

C'est l'unique phase que j'ai décidé de citer dans cet EP. Chaque écoute permet d'en comprendre la complexité. Loin de moi l'idée de vous retirer le plaisir de le faire tourner dans vos écouteurs et enceintes pour en tirer le jus.

 

 

Une fois de plus, Alpha Wann a montré l'étendue de son talent. Plus qu'à éspérer que son premier album sorte vraiment à l'Automne.
Ce dont il faut tenir compte aussi c'est que si "Alpha Lauren III" voit le jour aujourd'hui, c'est que ces morceaux s'inscrivent dans la continuité de la série "Alph Lauren". Cela sous-entend probablement qu'ils n'ont pas leur place dans l'Album.
On attend donc un projet encore différent de tout ce qu'on a pu voir ces dernières années.