Complet et abouti, deux mots pour « Nuit » de Jazzy Bazz

07/09/2018

Plusieurs années qu'on attendait le retour dans les bacs de Jazzy Bazz.
C'est chose faite ce vendredi 7 septembre avec son nouvel album "Nuit".

 

 

Entre ballade romantique et pensées torturées d'un citadin insomniaque, le projet semble dessiner la complexe personnalité de l'artiste. Les thèmes qu'il traverse sont abordés avec poésie, froideur mais surtout sincérité.
"Nuit" se démarque par la précision du trait avec lequel Jazzy Bazz dessine les éléments de son quotidien.

La polyvalence de Jazzy Bazz et l'ambivalence des ambiances se ressent parfaitement dans le morceau "Buenos Aires - Paris"
Le track commence avec un égotrip appuyé par un synthé bien amené. Au bout d'une minute trente l'instrumentale change et tourne dans un mood bien plus posé. C'est là que le rappeur raconte ses trajets en avion, à priori de Buenos Aires à Paris. Moment d'une simplicité et d'une efficacité assez rares pour être souligné.

 

Sur l'album, on retrouve aussi Nekfeu, multi-platines et attendu partout où il passe. Au moment du morceau "Éternité" j'avoue avoir été très déçu. On retrouve le flow "habituel" de Nekfeu avec des allitérations qui s'enchainent. La technique est irréprochable, mais malheureusement c'est toujours un peu la même... D'autant plus que sur le titre, Jazzy Bazz a un flow similaire, ce qui rend le morceau un peu terne à mon sens.

Cependant, quelques tracks plus loin, on retrouve "Stalker" un titre à thème qui rappelle "Le Vicieux" déjà sur le premier album de l'entourage en 2014. Ce coup-là, les deux MC's montre alors une toute autre facette de leur travail avec une instrumentale poussée par sa ligne de basse. Bonnie Banane se charge du refrain et donne un vrai cachet au morceau.

 

Parlant de cachet, on remarque qu'il n'y a pas que des rappeurs qui prennent le micro et c'est probablement ce qui fait de cet album une oeuvre complète.
Au milieu du projet se trouve "Minuit", un track de 80 secondes avec Sabrina Bellaouel. C'est une longue et douce interlude qui scinde l'album. Ce morceau apporte une respiration, marque une pause et orne comme il se doit le projet.

Ce type de vocalises et de phrases sussurées procurent à l'album un style, une vraie identité. Celle de Lonely Band va clairement dans le même sens sur le titre "Sentiments". Toutes ces voix s'opposent à celle de Jazzy Bazz, personnage principal de son récit et de son projet.

 

 

Sur "Sentiments" justement on sent les influences au sein du 3.14 Band. Jazzy dépasse le simple côté kickeur dans lequel il excelle. Depuis son premier projet il a développé sa proximité avec des styles de musiques extérieurs au rap.
Entendre des synthés, des guitares et de la distorsion devient monnaie courante dans son travail (bien entendu on parle de travail hors samples). Le travail de Monomite et Loubenski est évidemment à souligner quand on entend la qualité des différentes instrumentales.

L'album est travaillé, complet, et dégage une atmosphère qui englobe le travail du rappeur et son entourage.
Jazzy Bazz poursuit son chemin avec un troisième projet abouti qui débouche sur une longue tournée en 2018.
Il fera escale sur la scène de l'Affranchi avec le 3.14 Band !