[INTERVIEW] Blush Response : « I think strife creates a need for release and thus darker and heavier sounds have come into fashion. « 

Spoiler alert : we talked about industrial music, sex, aliens and transhumanism.

Spoiler alert : nous avons parlé de musique industrielle, de sexe, d'aliens et de transhumanisme.

ENGLISH

Electronic music had different periods in its evolution, we saw how it evolved in Europe in the 2000’s but what were your influences when you started doing music back then in 2009, in the US ? What made you say “I want to start making music” ?

When I first started making music, I was really into synth pop, industrial, and IDM. So we are talking Depeche Mode, John Foxx, Gary Numan, Skinny Puppy, Nine Inch Nails, Front Line Assembly, Autechre etc...

I can’t say there was one specific moment that I knew I wanted to make music, but it evolved over time after being such a fan.I just decided to try and see what I could do. I got my first synth (a microkorg!) and the rest is history.

You are half cuban, half american, how’s your relationship with Cuba ? Does your cultural background have been influenced by the importance of music in cuban culture ?

I am full Cuban. As I was born in Miami I count myself as American as well. Miami is Cuba part 2.

Latin music is in my blood, specially when it comes to the rhythmic side of things. I love complex rhythm, and that has a lot to do with the Cuban music I heard growing up. I definitely heard a lot of salsa, and even pop stuff like Gloria Estefan. How can you not love Dr. Beat?!

There was also a great IDM scene in Miami in the 90s, with Schematic Recordings artists like Phoenecia and Otto Von Schirach. I am a huge fan of both. I was too young to really understand that stuff when it was first coming out, and discovered it after I already lived in New York, but it definitely influenced me and it makes me proud to know that such great music came from my hometown.

Nowadays more and more similarities and links can be found between electronic music and punk culture, more vocals, darker sounds, devilish synths and this no future vibe… How’s your point of view regarding that ? Has the society become darker ?

I think society is in a dark time, specially when you consider the current political climate. People are increasingly radicalized and unwilling to have rational conversations about their views without things instantly devolving into name calling and shaming.

I think strife like this creates a need for release and thus darker and heavier sounds have come into fashion.

I haven’t analyzed it more than that to be honest, because I’m always lost in my world. I try not to pay too much attention to what is happening around me because I want to forge my own path musically.

As a fan of new sound and it’s evolution, I also am not into throwback/retro styled music. I’m always looking for the next new and exciting thing; which is hard to discover as it seems everything really has been done before.

Every time I am on to something new it feels as if I just haven’t heard it before, and I discover it soon after. Existential crises abound!

Nowadays Berlin seems to be a must-go place for producers, but isn’t it becoming a bit too overcrowded ? Does this impact your creations ?

Berlin is definitely the place to be at the moment, and thus you get a lot of people coming here to “make it”, as I did. I think everyone deserves a fair shot at the title, I try not to judge too hard, even if I don’t like what someone is doing.  I think negativity like that spreads bitterness and I refuse to be a bitter being. I also refuse to be a self righteous being so it’s a tough balance.

My only complaint would be that everything is becoming more expensive, however I do like the other tell tale signs of gentrification like better food and more accessibility to modern conveniences. A big shopping mall opened up in my neighborhood recently, which I heard many complain about. I’m personally just happy that I don’t have to travel for 30 minutes to get to an electronics store now. I’m also praying to the aliens that Chipotle and Taco Bell open franchises in Berlin sometime.

We can read this on your RA page : “Blush believes in performative gestures over cut and paste editing, and strives to explore the limits of human-machine interactions”. Is this statement close to a transhumanism philosophy, or it only belongs to the musical scene ?

I’d say it’s a bit of both. My earliest music was heavily influenced by breakcore and stuff like Atari Teenage Riot, fast breaks and a lot of distortion. I love tracks like Aphex Twin’s cockver10, stuff from Somatic Responses and Venetian Snares as well.

When I would make music like this I would spend hours agonizing over editing every little detail in the computer.  I would record long passes of sound and cut out the bits I liked and then arrange them on the grid in my DAW, much like editing tape loops.

This process was much too laborious for me and after discovering techno I tried to reinvent my methods to be more organic, to feel what was in the moment, leave things to chance a bit, and go with the flow. Because of this, I simply don’t have the patience to do that hyper edited stuff anymore. Of course I do some editing, but not to the micro level that I once did.

As for the transhumanist part, I’ve always been dissatisfied with the state of humanity. So much science fantasy promises amazing leaps in technology and the evolution of the body and mind. I remember watching sci fi movies as a child in the 1990s thinking that the 2000s would be amazing, flying cars, mechanical bodies, etc.

Instead, we have the threat of the sea level rising, the earth becoming too hot to live on, cataclysmic insect extinction, and absolutely zero space travel or alien encounters that we know of. What a disappointment! It’s hard not to be frustrated with that outcome, it’s almost as if we entered the worst possible timeline in the multiverse.

Still, there is some hope, and the goddess I met whilst on DMT showed me the madness of it all. If we are all fucked, then at least we can revel in the hell that we have created.

447e4575ffea4f338ce8489316334121

The link between Sex and Music is always very precise and very sharp. From dark rooms in Berlin to sex-music-playlists on Spotify, how do you see this relationship ?

I really love sex. Way too much. It is one of the most powerful forces in my life. There is something so beautiful in losing yourself to animalistic desire. Transcendental mental experiences that have you lost in the body of another, unable to perceive where you begin or your lover ends.

I think music can occupy a similar mental space, and at least for me, the act of performing and improvising is a lot like fucking. It can go good or bad, but each decision made in the moment affects the intensity, and the level of elation in your mind. They are almost one and the same for me.

Your last project is in “Auricular Discipline I”. All proceeds from the purchase of this album will be donated to the Urban Justice Center's, "Sex Worker Project," which provides social and legal aid to sex workers in need. It’s a noble cause, how did you come out with this ?

I got booked to play the BOUND party in NYC and Katie Rex asked me if I’d like to contribute a track. I thought the cause sounded good so I figured why not.

A recent study shows that in 2018, tapes sales has raised by almost 19%, and you’re one of the few artists today who trusts this format by releasing in 2016 a 15 min dark ambient track called “Rebirthed In The Sprawl” on tapes. How important do you think that this kind of audio support is important in the underground sphere ?

I think cassettes provide a cheap way for an artist to present a physical object that represents their music. At the end of the day, music fans like to have something tangible. Cassettes fill this role and can be released alongside digital downloads. Anything that can be made cheaply and sold is great for DIY operations. I do wish there were cheap ways to create limited objects or experiences to accompany the music, such as one off physical items or virtual experiences. Those things always seem to be prohibitively expensive or time consuming.

As for music formats,I personally prefer CDs but nobody seems to want them these days. I’m not even really a fan of vinyl. It’s big, costly to produce, and degrades every time you listen. Same for cassettes re:degradation. I also don’t really like surface noise or all the weird crackles you get with vinyl. I like music to sound as close as possible to how it was recorded.

I can always tell when a DJ is playing vinyl in a club because of all the noise and crackle and it really bothers me. I remember approving test pressings of my album INFINITE DENSITY and just hating the way the needle sounded on the record. It was like nails on a chalkboard to me. It completely threw off my perception of the album for a bit until I went back and listened to the mastered WAV files.

How was the year of 2018 for you ? What can we wish you for this new year of 2019 ?

2018 was a mostly positive year, met with a big crisis of career independence towards the end, which has now been remedied.

2019 will be a fun one, it’s already looking great. I have a few things I can announce.

The first - a new solo EP, coming soon SNTS label Sacred Court, called SELECTION FOR SOCIETAL SANITY. Expect that in the spring.

Next up is a new collaboration between Rhys Fulber and I, coming out on Sonic Groove. It will be a 4 track EP, expect more news on that soon, it will be under both of our names. So “Rhys Fulber + Blush Response”. We will probably do more music together.

There is also a full length KONKURS album already finished and in mastering, to be released on Aufnahme + Wiedergabe.

And there is also my new project with Jagoda Nagel, HAKAI. We have a short EP finished and awaiting mastering, also for Aufnahme + Wiedergabe.

Of course, I am hard at work on new BLUSH RESPONSE material, but the shape and sound of the next thing after the Sacred Court EP is yet to be determined. I am still experimenting with new directions. There will probably be new collaborations as well, I like to keep busy. It’s fun!

STUD QUESTIONS (short and sharp answers / top of mind)

A reference artist

Converter

An album

Download - The Eyes of Stanley Pain

The most unthinkable collaboration

Me with Anal Cunt.

A movie

Mandy

A super-hero

Venom

A beer

Czech Budweiser

The best club

Khidi

The woman of your dreams

My girlfriend is the most beautiful woman I have ever seen.

A bald guy

Monolake is my current favorite

FRANCAIS

  • La musique électronique a connu différents pics dans son évolution, en Europe elle s’est grandement diversifiée au début des années 2000 en prenant des tournants particuliers. Quelles étaient tes influences, aux USA, en 2009, quand t’as commencé à faire de la musique ? Qu’est-ce qui t’a poussé à produire ?

Quand j’ai commencé à produire ma propre musique j’étais assez branché synth pop, industrial et IDM. On parle ici de Depeche Mode, John Foxx, Gary Numan, Skinny Puppy, Nine Inch Nails, Front Line Assembly, Autechre etc…

Je ne pourrais pas citer un moment en particulier qui m’a fait me dire que je voulais faire de la musique, c’est plus quelque chose qui s’est fait avec le temps et en réalisant que j’étais vraiment fan de cela. Je me suis dit que je pouvais me lancer et voir ce qui allait en sortir. J’ai acheté mon premier synthé (un microkorg !) et le reste c’est juste des histoires.

Tu es moitié cubain, moitié américain, quelle relation gardes-tu avec Cuba ? Est-ce que ta culture musicale a été influencée par cette musique cubaine si prenante ?

Je suis complètement cubain. Je suis né à Miami du coup j’ai une part d’américain en moi. Mais bon, Miami c’est juste Cuba part 2.

La musique latine circule dans mes veines, tout particulièrement quand on parle de rythmique. J’aime les rythmes complexes et ça je le dois à la musique cubaine que j’ai écoutée en grandissant. J’ai entendu beaucoup de salsa et même de la pop avec des trucs comme Gloria Estefan. Comment est-ce que vous ne pouvez pas aimer Dr. Beat ?!

Il y avait une scène IDM très importante à Miami dans la fin des années 1990 avec des artistes de Schematic Recordings tels que Phoenecia ou Otto Von Schirach. Je suis un grand fan des deux. J’étais trop jeune pour comprendre vraiment ce style quand c’est sorti, je l’ai découvert quelque temps après quand je vivais déjà à New York, mais ils ont clairement influencé mon travail et m’ont rendu fier de voir que ça venait de là ou j’avais grandi.

De nos jours nous pouvons retrouver de plus en plus de similarités et de liants entre la musique électronique et la culture punk, en termes de voix, de sons obscurs, de synthés diaboliques et surtout cette vision no future… Quel est ton point de vue par rapport à cela ? Est-ce que la société est devenue plus sombre à ton avis ?

Je pense que la société est rentrée aujourd’hui dans une période sombre, surtout si l’on se base sur le climat politique actuel. Les gens se radicalisent de plus en plus et ne sont plus ouverts à des conversations rationnelles sur leur point de vue sans s’embourber dans les insultes et dans la dégradation.

Je pense que les différents conflits et tensions comme ce que nous vivons créé un besoin de production musicale plus sombre et plus lourde. C’est ce qui est à la mode aujourd’hui justement.

Je n’ai pas eu le temps de l’analyser plus que ça honnêtement car je suis un peu perdu dans mon monde. J’essaye de ne pas m’arrêter sur ce qui se passe autour de moi car je veux construire petit à petit mon propre chemin musical.

En tant que fan de la musique nouvelle et de son évolution, je ne suis pas franchement attiré par une rétrospective et une comparaison entre maintenant et avant. Je recherche constamment la nouveauté, c’est excitant mais c’est très difficile sachant que tout a déjà été survolé en termes de musique.

A chaque fois que je m’intéresse à quelque chose de nouveau, j’ai l’impression de ne jamais avoir entendu ça et juste après ça apparaît comme du déjà-vu. Crise existentielle oblige !

Tu habites à Berlin, on entend souvent parler de cette ville, peut-être trop ? On croit voir que c’est une ville où il faut aller impérativement lorsqu’on produit de la musique, mais n’est-elle pas devenue trop chargée en producteurs ? En quoi est-ce que cela impacte tes créations ?

Berlin est définitivement la ville dans laquelle il faut être en ce moment, et il y a toujours autant de gens qui viennent pour réussir, comme j’ai fait moi. Je pense que tout le monde mérite d’avoir la chance d’essayer, j’essaye de ne pas trop juger les gens même si je n’aime pas ce qu’ils font. Je pense que la négativité se transforme en amertume et je refuse d’être quelqu’un d’amer. Je refuse d’être quelqu’un qui se croit dans le droit chemin non plus. C’est un équilibre assez difficile à trouver

Je me permettrais de me plaindre que sur un point, tout est en train de devenir si cher. Cependant j’aime bien l’autre aspect de la gentrification comme une meilleure bouffe et l’accès à des infrastructures plus qualitatives et modernes. Un centre commercial énorme a été construit dans mon quartier récemment, celui-ci a reçu bon nombre de complaintes. Personnellement je suis content de ne pas avoir à faire un voyage de 30min pour faire mes achats dans un magasin d’électronique. Je prie aussi auprès des aliens pour que Chipotle et Taco Bell ouvrent des franchises à Berlin un jour.

On peut lire sur ta page RA : « Blush croit aux gestes performatifs plus qu’aux productions copié collées, il s’efforce à explorer les limites entre les interactions humain-machine ». Est-ce que cette citation se rapproche de philosophie transhumaniste ou est-ce quelque chose d’exclusivement relatif à la musique électronique ?

Je dirais que c’est un peu des deux. La musique que je faisais avant était très inspirée du breakcore et de choses comme Atari Teenage Riot, des breaks rapides et beaucoup de distortion. J’adore les tracks comme cockver10 d’Aphex Twin, les productions de Somatic Responses et Venetian Snares.

Quand je faisais de la musique de ce style, je passais des heures à agoniser en éditant chaque petit détail dans mon ordinateur. J’enregistrais de longues pistes de son et je les redécoupais bout par bout suivant mes envies puis je les réarrangeais sur mon moniteur… Un peu comme quand on édite des boucles.

Ce processus était beaucoup trop laborieux pour moi et juste après avoir découvert la techno j’ai essayé de réinventer ma méthode de travail et je suis retourné à un process plus organique, je ressentais l’instant, laissait des choses au petit bonheur la chance et je composais avec le flux. A cause de ça je n’ai plus la patience d’éditer de la musique hyper complexe comme avant. Bien sûr que je continue à éditer mais pas à un niveau aussi pointu.

Quant au transhumanisme, j’ai toujours été insatisfait vis-à-vis de l’état de l’humanité. Il y a tellement de faux fantasmes autour de la science et de ses merveilleuses promesses. Je me souviens des films de science-fiction quand j’étais petit dans les années 1990 qui te promettaient des voitures volantes et des corps métalliques pour les années 2000…

Au lieu de ça nous avons le risque de la montée des eaux, le réchauffement climatique, l’extinction cataclismique des instectes et aucune façon de se téléporter ou de rencontrer des aliens… Quelle déception ! C’est difficile de ne pas être frustré par ça, c’est comme si l’on avait choisi le pire univers parmi la multitude d’univers parallèles disponibles.

Malgré tout, il y a toujours un peu d’espoir, la déesse que j’ai rencontré pendant que je prenais du DMT m’a montré toute cette folie. Si on est tous foutus, au moins à ce moment-là on pourra se délecter de l’enfer que nous avons créé.

Le lien entre le sexe et la musique est toujours très précis, très aiguisé. Des dark rooms à Berlin aux playlist suggestives autour du sexe sur Spotify, comment est-ce que tu ressens cette connexion ?

J’aime vraiment le sexe. Beaucoup trop. C’est l’une des plus puissantes forces dans ma vie. Il y a quelque chose de beau dans le fait de se perdre dans ce désir animal. Les expériences mentales transcendantales qui font que tu donnes ton corps à l’autre, cette impossibilité dans la perception entre le début de ton action et la finition de ton amant.

Je pense que la musique peut avoir le même effet sur ton cerveau, du moins pour moi, le fait de me produire, d’improviser, ça ressemble au sexe. Ça peut être bon ou mauvais, mais chaque décision prise influence l’intensité et le niveau d’exultation de ton esprit. C’est un peu la même chose le sexe et la musique pour moi.

Ton dernier projet figure parmi « Auricular Discipline I ». Tous les bénéfices liés à l’achat de cet album seront reversés à Urban Justice Center, « Sex Worker Projet », qui fournit de l’aide sociale et juridique aux travailleurs et travailleuses du sexe dans le besoin. C’est une noble cause, comment as-tu fini dans un tel projet ?

J’ai été programmé dans un soirée BOUND à New York et Katie Rex m’a demandé si je voulais contribuer au projet avec une track. Je pense que la cause était juste et je me suis dit pourquoi pas.

Une étude récente montre qu’en 2018, la vente de cassettes a augmenté de près de 19%, tu fais partie de ces artistes aujourd’hui qui ont encore confiance dans ce format en sortant par exemple en 2016 une track dark ambient de 15 minutes dénommée « Rebirthed In The Sprawl » sur cassette. Quelle importance est accordée à ce style de supports dans les milieux underground selon toi ?

Je pense que la cassette permet de se diffuser sur un support physique de façon peu coûteuse pour un artiste. A la fin de la journée, les fans de musique peuvent garder quelque chose de tangible. Les cassettes remplissent ce rôle là et peuvent toujours être sorties conjointement aux téléchargements digitaux. Tout ce qui peut être fait à bas coût et vendu c’est bon pour les opérations DIY. J’aimerais bien que ce soit peu cher de créer des objets musicaux et ainsi des expériences. Ces façons de s’exprimer sont souvent bien trop coûteuses et représentent une barrière à l’entrée sur le marché ou tout simplement font perdre beaucoup de temps.

Quant aux formats musicaux, je préfère le CD mais personne n’en veut de nos jours. Je ne suis pas un grand fan du vinyle. C’est grand, c’est coûteux à produire et ça se dégrade à chaque utilisation. C’est pareil pour les cassettes qui se dégradent. Je n’aime pas ces bruits parasites à la surface ou tout ce craquèlement issu du vinyle. J’aime la musique telle qu’elle a été produite.

peux toujours ressentir quand un DJ est en train de jouer au vinyle car je sens ce craquèlement quand il joue dans un club. C’est vraiment dérangeant. Je me souviens quand avoir accepté de presser mon album Infinite Density et juste après détesté la façon dont le diamant se posait sur le vinyle. C’était comme si des ongles griffaient un tableau pour moi. Cette expérience a complètement biaisé ma perception de cet album pendant un bon moment jusqu’à ce que je le réécoute masterisé au format WAV.

Comment as-tu vécu cette année 2018 ? Que peut-on te souhaiter pour cette année 2019 ?

2018 était assez positive avec néanmoins une grande crise d’indépendance dans ma carrière vers la fin, mais ça s’est arrangé.

2019 va être plutôt drôle, ça s’annonce déjà bien. J’ai plusieurs choses à annoncer.

Tout d’abord : un nouvel EP en solo, qui sortira sur le label de SNTS Sacred Court, qui s’appellera Selection For Societal Sanity. A retrouver au printemps.

Après je peux dire que je vais faire une collaboration avec Rhys Fulber, sur Sonic Groove. Ce sera un EP de 4 tracks, vous pouvez vous attendre à plusieurs autres news sur ça en temps voulu. Cela sortira sous nos deux noms. « Rhys Fulber + Blush Response ». On va surement se mettre à faire de plus en plus de musique ensemble d’ailleurs.

Il y aura aussi un album, Konkurs, qui est déjà fini et qui est en cours de mastering. C’est sur Aufnahme + Wiedergabe.

En plus de ça j’ai un nouveau projet avec Jagoda Nagel qui s’appelle Hakai. On va sortir un court EP qui est également en cours de mastering et encore une fois sur Aufnahme + Wiedergabe.

Bien sûr, je travaille aussi sur du Blush Response mais la ligne directrice de ma musique après Sacred Court EP est encore à définir. Je suis en pleine expérimentation et je pars dans tous les sens. Il y aura un tas de nouvelles collaborations. J’aime être constamment en train de travailler. C’est cool !

STUD QUESTIONS

Un artiste référence

Converter

Un album

Download - The Eyes of Stanley Pain

La collaboration la plus improbable

Moi et Anal Cunt.

Un film

Mandy

Un super héros

Venom

Une bière

Czech Budweiser

Le meilleur club

Khidi

La femme de tes rêves

Ma copine, c’est la plus belle femme que j’ai connu.

Un chauve

Monolake, c’est mon préféré du moment.