[INTERVIEW] Parrish Smith – « There is more room for contemporary electronics and the darker and heavier side of music »

La Stud was invited to see, to notice, to live, to hear and to experience what is happening in the Netherlands, in terms of electronic music and parties. We’ve always heard that this scene was one or two steps above us in its relation with music, with its audience and with the whole philosophy. We had the chance to discuss about this in Amsterdam before Unpolished with Parrish Smith, a new kind of artist focused on what happened and what’s going to happen.

Most of the people start composing music when they get hit by a genre or style that really inspires them, how and when did you decide that you wanted to produce ?

I got inspired by when I started to go out at 18 years old. It was the big and cinematic sphere at Awakenings 10 years ago. This got me thrilled to play music for people, control the moment and extend it if you want. Playing unique and expressive music that can make people go in a higher state without any particular genre.

Although I started collecting hardware, records first and while doing that I got into experimenting with my machines and sampling from records, VHS and cassettes. I found a way to talk and heal myself, talking through a mediator. It was a process and adventure I was willing to take.

I grew up with various kinds of music like heavy metal, reggae, soul, Bollywood music and almost every electronic UK genre of the 90 to 2000s. I discovered that the music I make resonates with other people as well and that motivates me to improve, develop and shape my own style to the next level.

You chose the same name as the rapper PMD (Parrish Smith), is there a story behind that ?

It comes from main inspirations Theo Parrish and Alex Omar Smith. Their dedication, approach to music and how to keep things simple and pure. Simple and pure about being honest and making honest music for yourself. This learned me to not copy myself every time because I don't want to be a copy of myself. I progress and develop in music like everyone else so my music grows too.

This underground culture around electronic music is shared by many countries, many citizens. By the same time everyone tries to balance between a copy of what’s already done and what they really want to create. You come from the Netherlands, you played several times in France, what’s for you the differences between the french and the dutch underground culture (music, parties, people…) ?

I think there is a new generation coming up in France in experimental club music, actually it's already there, without mentioning any names.

I’m fortunate enough to see the club scene and the band scene because I’m playing with Volition Immanent in France a lot. We see a lot of expressiveness in the reaction of the crowd, where they chanting along on the lyrics, mosh pits and just letting yourself go. The Netherlands always had a solid club and band scene which is constantly growing and changing. There is more room for contemporary electronics and the darker and heavier side of music. I don't know if this has to do with the current system were we live in but the younger generation has definitely a taste for being aware and having intention to be a rebellion. Just breaking off from the path were mainstream electronic music in the 2000s was less adventurous. I’m glad this cycle of music has become more adventurous than ever with the rise of more experimental pop music and hints of industrial music in techno.

We all criticize the weight of social medias in our lives, it’s not something that is very complementary with this industrial-nearly-punk culture, as an artist that has to deal with its communication, how do you consider social medias, how do you deal with that ?

Times change, we change and culture changes. Some people can open their mind and grow with the culture. We can’t expect that a new generation keeps the same esthetics and values of our older peers. We can imagine but never feel how it was back then. I’m not going into a basement now to record on cassette to just make punk music and relive the time of old artefacts. The truth is we all speak a form of art. I don't want to lock myself in my own fortress where I can lose a sense of proportion, where my music only means something for a small circle. It will become cramped and powerless. The message is important to get it out and for me I don't care in what form I want to talk with people. Punk is progression and being honest about how we feel, the state we live in and speak out against it.

You released your EPs on Kneklehuis, L.I.E.S. Records or Dekmantel UFO Series, important names in this electronic music field. Did you adapt your music regarding each singularity of these labels or did you just have 100% the choice in what you wanted to do ? How strong is the relationship between a label and its artist ?

I value the relation between the two a lot. I’m more interested to work with people I know and people who give me the room to grow. I never changed my music for a label specifically. It was important for me to learn and develop my own style, like a sound palette from which I can work in every direction. The Sex Suicide and Speed metal EP is the beginning of everything. The ep’s on Knekelhuis and LIES were my adventures and searches of experimental electronic music.

When you compose, how do you decide what goes to Parrish Smith and what goes to Volition Immanent or Sige Bythos ? Have you ever had this feeling of “I’d rather had kept it for myself” regarding a track ?

Parrish smith is the core element of all the music I digested. Where I can mix up everything I want that fits into my vision and taste of electronics. Parrish smith has a core of industrial music where I lean to every genre as possible which I can combine into a more club or pop structured track. It's easy for me to keep things separate because Mark Knekelhuis and I just plan our studio sessions together.

You can perform in a huge venues like Reaktor or more intimate clubs like Meta, do you adapt your sets regarding the size/atmosphere/history of these places ? If yes, how ?

How I approach my set is very different every time. I think about the size of the room and what kind of atmosphere I want to start with and how I can play with the emotions. I also listen a lot if I find the track fitting for a big room or small room and how I can create a sphere of being as one. It’s important for me to project different kind of genres that fits together, fast mixing, stretching moments where we need rest and then flip everything and play a ho99o9 track and then come back to steady beats.   

What are you working on for this year of 2019 ?

Just finished a 2 track 8 inch on MIND records with 1 live track recorded at de school Amsterdam and 1 trap song. Finished an EP which is coming on LIES records with Interstellar Funk. Working with MORD for 1 track on a VA. I’m finishing a lot of demo’s in the vein of Sex Suicide and Speed Metal where I explore different kind of tempo’s.

STUD QUESTIONS (short and sharp answers / top of mind)

A reference artist

Trent Reznor

An album

Yeezus

The most unthinkable collaboration

With Kanye west

A movie

The Matrix

A super-hero

Gambit

A beer

Japenese whiskey pure malt.

The best club

De school, Garage Noord, Bassiani, META

The woman of your dreams

I don’t idolize to be honest.

A bald guy

Professor Xavier

VERSION FRANÇAISE

parrish-smith-1170

La Stud était invitée pour voir, comprendre, vivre, entendre et expérimenter ce qui se passe aux Pays-Bas, en termes de musique électronique et de fêtes. On a l’habitude d’entendre que cette scène a toujours un, voire deux, temps d’avance sur la notre dans sa relation avec la musique, avec son public et toute la philosophie autour de ça. On a eu la chance de parler à Amsterdam avant l’Unpolished avec Parrish Smith, un nouveau style d’artiste focalisé sur ce qui a été fait et ce qui va se faire.

Pour la plupart des artistes, le début de leur production musicale correspond à un moment où ils ont été inspirés, touchés par un style ou un genre qui les a vraiment marqués. Quand et grâce à quoi tu t’es dit que tu voulais produire de la musique ?

J’ai été touché par cette inspiration quand j’ai commencé à jouer, à 18 ans. C’était au cours de la grande et cinématique sphère de l’Awakenings il y a 10 ans. J’ai vécu quelque chose de tellement excitant que j’ai voulu faire de la musique pour les autres, contrôler le mouvement, le prolonger à ta guise. Jouer une musique unique et expressive, une musique qui puisse amener les gens dans un état second.

Même si j’ai commencé en tant que collectionneur, j’ai enregistré mes premiers sons et fait mes propres expériences entre samples, machines VHS et cassettes. J’avais trouvé une façon de parler et de me guérir, une forme de médiation. C’était tout un processus et une aventure dans laquelle je voulais m’introduire. J’ai grandi entouré de différents styles comme l’heavy métal, le reggae, la soul, la musique bollywoodienne et surtout une forte influence de musique électronique britannique des années 1990 et 2000. J’ai compris que la musique que je fais peut résonner chez d’autres personnes aussi, ça me motive à développer et améliorer mon style vers d’autres horizons et d’autres niveaux.

T’as choisi le même nom que le célèbre rappeur PMD (Parrish Smith), y a-t-il une histoire derrière tout ça ?

Mon nom de scène vient surtout du mélange entre Theo Parrish et Alex Omar Smith. Leur dévotion, leur approche de la musique et leur façon de garder une musique simple et pure m’inspire. Simple et pure dans la façon de rester honnêtes et faire de la musique de façon honnête par rapport à toi-même.  Cette idéologie m’a appris de ne pas être une copie de moi-même car je n’ai pas envie d’être cette copie. Je veux progresser, développer ma musique.

Nous pouvons retrouver une culture underground qui se développe de plus en plus dans plusieurs pays, auprès de leurs habitants. Dans un même temps, chacun essaye de garder un équilibre sain entre la reproduction de ce qui a déjà été fait et quelque chose qui reste à faire. Tu viens des Pays-Bas, tu as joué plusieurs fois en France, quelles sont pour toi les majeures différences entre la culture underground française et néerlandaise ?

Je pense qu’il y a une nouvelle génération expérimentale qui arrive en France en termes de club music, elle est déjà là même. J’ai de la chance de fréquenter ces clubs seul et en groupe beaucoup avec Volition Immanent. On voit beaucoup d’expressivité dans les différentes réactions du public, ils chantent nos morceaux, ils organisent des pogos et se laissent emporter. Aux Pays-Bas il y a toujours eu une culture du club ainsi que celle des groupes qui a toujours été en forte croissance. La place réservée à la musique contemporaine et les côtés sombres et durs de la musique est plus importante. Je ne sais pas si cela a un rapport avec le système dans lequel on vit mais la jeune génération est consciente et prend goût à la rébellion. On s’écarte du droit chemin mainstream de la musique électronique des années 2000 qui était bien moins aventureuse. Je suis content que ce cycle musical soit devenu plus excitant grâce à cet élan de musique experimental pop et certaines formes de techno industrielle.

Il est fréquent de critiquer le poids des réseaux sociaux dans nos vies, ce sont des outils qui ne semblent pas très complémentaires avec la culture industrielle/punk. En tant qu’artiste, qui se doit de communiquer, comment vois-tu les réseaux sociaux, comment les utilises-tu ?

Les temps changent, on change et la culture change. Certaines personnes réussissent à ouvrir leur esprit et croître simultanément à la culture environnante. On peut s’attendre à ce que la nouvelle génération garde les mêmes esthétiques et les mêmes valeurs que son aînée. C’est possible d’imaginer comment c’était avant mais c’est difficile de vraiment se mettre à cette place. Je ne vais pas dans un sous-sol, aujourd’hui, pour enregistrer une cassette et simplement faire de la musique punk et revivre la belle époque. En fait, on parle tous d’une certaine façon artistique. Je ne veux pas m’enfermer dans ma propre forteresse où je perds les notions essentielles, où ma musique dira quelque chose qu’à une poignée de personnes. Cela se traduirait par une certaine forme d’étroitesse et de manque de pouvoir. Pour moi, c’est important de faire sortir un message, je m’en fout de la forme. La culture punk réside dans la progression et dans l’honnêteté vis-à-vis de ce que l’on ressent, l’état dans lequel on vit, la façon dans laquelle nous protestons.

Tu sors tes EPs sur Kneklehuis, L.I.E.S. Records ou Dekmantel UFO Series, des noms qui résonnent dans le domaine de la musique électronique. Est-ce que tu adaptes ta musique vis-à-vis des singularités de chaque label ou est-ce que tu as une pleine liberté dans le choix de tes coopérations avec eux ?

J’accorde beaucoup d’importance à cette relation avec ces labels. Je préfère travailler avec des gens que je connais et qui me laisse la place pour grandir. Je ne change jamais de style pour tel ou tel label. C’était important pour moi d’apprendre et d’avoir la possibilité de développer mon propre style, comme une palette sonore que je peux déployer dans n’importe quel sens. L’EP Sex Suicide and Speed Metal a ouvert la porte à tout le reste. Les EPs sur Knekelhuis et L.I.E.S. étaient plus comme une aventure et une recherche musicale expérimentale.

Quand tu composes, comment décides-tu ce qui va à Parrish Smith et ce qui correspondrait plus à Volition Immanent ou Sige Bythos ? Est-ce que tu t’es déjà dit que tu voudrais garder une track plutôt que de l’approfondir avec un de tes groupes ?

Parrish Smith c’est le coeur de tout élément musical qui m’entoure. C’est une façon de mélanger tout ce que je veux et ce qui rentre dans ma vision et mes goûts électroniques. Parrish Smith c’est un noyau de musique industrielle qui tangue vers tous les genres possibles et se combine de façon plus structurée pour des versions plus club ou plus pop. J’arrive à faire la distinction entre mes projets personnels et mes groupes car avec Mark Knekelhuis on prévoit nos sessions studio ensemble.

Tu joues sur des scènes énormes comme celle du Reaktor pour Unpolished ou des clubs plus intimes comme le Meta à Marseille, est-ce que tu adaptes tes sets vis-à-vis de la taille, l’atmosphère, l’histoire de ces lieux ? Si oui, comment ?

Ma façon d’approcher mes sets est très différente à chaque fois. Je réfléchis à la taille de la salle et quelle sorte d’atmosphère je veux introduire, comment je peux jouer avec les émotions. J’écoute beaucoup de morceaux et je les qualifie pour une grande salle ou une plus petite salle et comment je peux créer une vraie sphère. C’est important pour moi de me projeter grâce à plusieurs genres musicaux qui puissent interagir entre eux, se mélangent rapidement, étirer des moments de calme puis tout retourner avec des tracks de ho99o9 pour revenir sur le beat.

Quels sont tes projets pour cette année 2019 ?

Je viens de finir deux tracks sur MIND Records avec une track live enregistrée à De School à Amsterdam ainsi qu’un morceau trap. Je viens de finir un EP sur L.I.E.S. Records avec Interstellar Funk. Je travaille avec MORD sur une track pour VA. Il me reste encore aussi plusieurs demos à finir dans la même veine que Sex Suicide and Speed Metal où j’explore plusieurs formes de tempos.

STUD QUESTIONS (short and sharp answers / top of mind)

Un artiste référence

Trent Reznor

Un album

Yeezus

La collaboration la plus improbable

Avec Kanye west

Un film

The Matrix

Un super-héros

Gambit

Une bière

Japenese whiskey pure malt.

Le meilleur club

De school, Garage Noord, Bassiani, META

La femme de tes rêves

Je n’idôlatre personne, pour être honnête

Un chauve

Le professeur Xavier