Le 22 Juillet, Paradox investissait la Friche de la Belle de Mai

05/08/2016

Il y a quelques semaines, nous vous conseillions de vous rendre à la Friche de la Belle de Mai pour une soirée organisée entre autres par l'association Paradox.

A cette occasion, nous avons démarré la soirée en profitant des chaises longues à disposition sur le toit-terrasse.
Quatre heures de musique marquées par un Dj set signé Extend and Play et un live fraîchement débarqué de Berlin grâce à la présence de Willis Anne.
Mais, la nuit tombant à peine, nous n'avions plus qu'une chose en tête : Comment allons-nous vivre les six heures de son sans interruption qui nous attendaient quelques dizaines de mètres plus bas.

 

A vrai dire, le Line Up du Cabaret Aléatoire faisait tout aussi envie.
Une Time Table offrant un voyage de Marseille à Berlin sans escale. Un aller-retour sur lequel planait déjà la basse grasse que l'on pouvait distinguer dès le parvis de la Friche.

 

Ne nous mentons pas, nous n'étions pas là par hasard, nous voulions de la Techno, rien d'autre.
Si vous traînez un petit peu sur le groupe Facebook "Shades of Techno", vous devriez savoir que notre ami Alae n'allait pas faire dans la Disco-House.

 

Pour ouvrir cette deuxième partie de soirée, Alae était bien au rendez-vous. Muni de son tee-shirt Aphex Twin, Mister Paradox n'a pas failli à sa réputation. Nous n'avons pas glissé en douceur, nous avons sombré vers la puissance de cette techno Berlinoise qui nous attendait.
Toujours plus de sonorités, mais toujours autant de brutalité, c'est peut-être ça le secret d'une performance réussie. Voilà ce que l'on a apprécié, un ajout constant et fracassant d'éléments plus recherchés les uns que les autres.

 

#Marty

 

 

13909348_10208897375724605_7647559081494668766_o

Puis tout à coup, changement d'ambiance. Nous étions déjà bien lancés dans cette soirée, grâce à l'ami Alae, mais nous n'étions pas au bout de nos surprises.
Dans un premier temps invisible, attendant respectueusement la fin du Dj Set de son prédécesseur, c'est assez discrètement que Sunil Sharpe est venu prendre le contrôle du Booth.
Mais la magie s'est mise à opérer avant même qu'il ne passe son premier disque. Professionnel, passionné, perfectionniste, ou encore obsédé, le représentant du
label MORD fait preuve d'un calme olympique et use d'un modèle opératoire fascinant de rapidité et de précision pour simplement tirer ses disques de leur boîte.
Détail insignifiant, certes, mais déterminant pour la suite.
Au premier vinyle, la couleur était annoncée. Oui, ce soir nous danserons sur du sale.
Ne vous méprenez pas, ne prenez pas ma familiarité au pied de la lettre. Loin d'être sale, ce qui a suivi l'arrivée de Sunil Sharpe, c'était beau. Et surtout
violent.

 

Grâce à ce véritable magicien des platines, le Cabaret Aléatoire tremble encore des rythmes acérés, violents et rapides proposés par la Techno Industrielle de notre artiste du soir. Un pur régal.
Avec une maîtrise parfaite de son outil de travail, et avec une connaissance stupéfiante de l'intégralité de ses disques, j'ai personnellement assisté à un des Dj Sets les plus fous de ma vie. Une énergie électrisante s'était emparée de la Friche, le public ne savait plus où donner de la tête tellement la musique était bonne, et surtout riche en sonorités plus froides et claquantes les unes que les autres.
Bref. Sunil Sharpe, c'était un peu le coup de poker gagnant. Grandement connu des amateurs, mais bien trop invisible pour le grand public, à la fin de cette soirée, c'est lui qui a marqué des points, et surtout le coeur des Marseillais.
Sunil Sharpe, Droit au But.
Merci pour tout.

 

#Simus