Pourquoi voir Aphex Twin lors du prochain Coachella n’est pas une (si) grande surprise ?

Qui pouvait penser que les couronnes de fleur pouvaient être breakées ?

Rares sont ceux qui s’attendaient à une annonce pareille, en ce début de 2019, la présence de l’artiste irlandais Aphex Twin sur le programme de Coachella. Le nec plus ultra des festivals américains. Une nouvelle qui est venu secouer l’électro-sphère. Petite piqûre de rappel, Coachella cette année c’est Ariana Grande, Wiz Khalifa, Jaden Smith, Tame Impala et autres noms qui riment avec « top of the charts » de l’industrie musicale. Une fois n’est pas coutume, le festival se développe selon les goûts et les modes du moment, l’incantation du « pop ». La musique électronique, toujours à l’honneur au sein même de la manifestation, oscille de genre en genre suivant les années. Depuis la première édition, la programmation conjointement à la musique électronique a évolué.

Coachella numéro 1, en 1999, faisait venir des noms comme Richie Hawtin, Juan Atkins ou Derrick May, décidait d’imposer son aura avec une techno nord-américaine qui annonçait la fin d’une décennie d’aubaine musicale. Suite à cette première et forte de son succès, les éditions du nouveau millénaire et le début des années 2000 ne suivirent pas forcément le même chemin. En quête d’une adéquation optimale avec la scène et ses mouvances, le festival californien transforma sa Sahara Tent (scène réservée à la musique électronique) au gré de la mode qui changeait. L’essor de l’EDM et de l’électro. Depuis l’année 2000 et jusqu’à maintenant, des noms comme Avicii, Afrojack, Benny Benassi défendent l’étendard de cette electro dance music. En parallèle de cela, l’armada française et sa french touch (Justice, Busy P, DJ Mehdi, Etienne de Crécy) régale la foule américaine. Cette nouvelle édition 2019 fait le choix fort de miser sur Amelie Lens, Âme, Charlotte de Witte, Jon Hopkins, Ross From Friends et… Aphex Twin.

34713141810_55c0001f7c_o

Tant de noms que tout amateur de musique électronique peinerait à associer à Aphex Twin. Pourquoi ?

Aphex Twin ou Richard David James est considéré comme étant l’un des acteurs les plus complexes, atypiques et antinomiques de la musique électronique. Personnage discret, sombre et talentueux, il performe dans des domaines tels que l’ambient techno et la très pointue IDM (intelligent dance music). Attaché à sa terre britannique, c’est dans les Cornouailles qu’il débute sa carrière en tant que DJ dans un petit pub local. Enchaînant les performances et développant son talent il monte successivement son propre label Rephlex Records, promouvant une nouvelle forme de house tendant vers l’acid, ses morceaux passent régulièrement sur Kiss FM et il développe un mythe autour du nom de AFX. L’année 1992 marquera à jamais l’histoire de la musique électronique grâce à son album, Selected Ambient Works 85-92, sorti sur le prestigieux label belge R&S Records, compilant les travaux d’Aphex Twin entre 1985 et 1992. Cette prestigieuse musique ambient puise sa force dans les sonorités naturelles présentes sur terre, mêlées à la complexité des signaux électriques et en fait un classique, une référence.

Cela ne correspond pas à ce que l’on s’attend de Coachella. Et pourtant ce n’est pas si ahurissant. Depuis le début de la carrière d’Aphex Twin, malgré une notoriété et un talent irréfutable, ses apparitions se comptent sur les doigts de la main chaque année. L’artiste prône une philosophie musicale qui va au-delà de la promotion, au-delà de l’idéologie du culte de la personnalité et met la musique toujours au premier plan. Apparaissant sous différents pseudonymes comme Aphex Twin, AFX, Blue Calx, Bradley Strider, Martin Tressider, Caustic Window, Gak, Soit-P.P., Polygon Window, Power-Pill, Prichard G. Jams, Q-Chastic, The Dice Man, Tahnaiya Russell, DJ Smojphace, The Tuss, il produit et se produit sur des temporalités relativement aléatoires. Ses initiatives à contre-courant du secteur musical sont nombreuses. Avec le morceau Come To Daddy il affirme chercher à parodier la musique death metal, il met en vente The Caustic Window Album, dont la sortie fut annulée en 1994, aux enchères pour 40.000$ et reverse une grande partie à Médecins Sans Frontières. En 2014, il remporte même un Grammy Awards pour son album Syro. Pour finir, l’artiste sort sur Soundcloud plus de 250 morceaux sous les pseudonymes automatiques user48736353001, 8user48736353001 et finalement user18081971 avec des morceaux tels que 179 brk 2, cooltempoDemo 2, 4 how to science ab6. Une logique toujours anti-éponymique.

Richard D. James est un personnage atypique qui dépasse la logique élitiste de la séparation de l’underground et du mainstream. Adulé à la fois par les professionnels du milieu et les amateurs de musique électronique, Aphex Twin crée toujours la surprise et fait parler de lui. L’apparition de son nom sur les line-ups, majoritairement de festivals, est toujours guettée de près par tout aficionado de musique. L’explication de ces choix reste une information privée dont lui seul a le secret. Les interviews de l’artiste sont rares et portent essentiellement sur sa vision paradoxalement abstraite et réaliste de la musique. Il est donc facile d’imaginer que l’artiste, avide de grands retours, veut continuer à faire profiter tout le monde de son art et aller à contre-courant de ce que la plupart des gens peuvent imaginer. De plus, l’artiste connaît déjà cette scène de Coachella car il se l’était appropriée lors de l’édition de 2008 avec un set hypnotique et transcendantal. Une fois de plus, une poignée de fans de musique, au porte-monnaie bien rempli, pourra admirer l’étendue du talent sans limites de Richard David James.

On remercie Coachella qui grâce à un cachet, non-communiqué mais qui attisera les fantasmes de certains, contribue à ce que AFX puisse vivre sa paisible existence et nous surprendre à chaque nouvelle rencontre physique, numérique et musicale.