“Saturn Tape Vol.1” Nouvelle planète à découvrir

27/02/2019

“Nouvelle vie, nouvelle aventure”...

Il y a tout juste un mois, la sortie de la mixtape Saturn Tape : Vol.1 de Saturn Citizen faisait le tour des réseaux sociaux. Après l’avoir longuement écoutée et enfin digérée, nous avons décidé de vous en parler !

Cela fait maintenant presque deux ans que nous suivons ce qui se passe du côté de Lyon. Notre intérêt a été suscité par un crew en particulier. L’influence du 667 est bien entendu énorme, mais ce n’est pas vraiment eux qui nous ont poussés à fouiller dans cette direction.  C’est de Lyonzon que nous allons donc parler ici.

Le collectif lyonnais Lyonzon a su installer sa notoriété dans le rap français et est aujourd’hui un “incubateur” d’artistes. A mon sens, le genre n’est même pas encore qualifiable. Azur et Bushi font tous les deux partie de ce collectif, et forment ce duo si singulier dont on vous parle aujourd’hui, Saturn Citizen.

 

 

Entrax, est un avant-goût de ce que vous réserve cette mixtape, mais aussi la preuve que le “SoundCloud Rap” (excusez-moi du terme) a bel et bien sa place sur Youtube, surtout quand PIĒGE Studios est à la réal'.

En effet, le clip juste au-dessus est réalisé par Ian et Lucas, personnages centraux du paysage des clips Trap lyonnais. Ils se sont illustrés notamment pour leur travail avec Gouap, Mazoo, ou encore avec le 667.

Un clip simple, avec de très beaux plans qui viennent habiller à la perfection le track d’Azur et Bushi.

“Créateur de la prochaine plume”, voilà ce qui est dit dans le morceau.  Il est vrai que pour les “puristes” du Rap, il est dur d’assimiler leur plume à quelque chose de conscient. Mais de notre côté, on préfère sûrement s’identifier à ce genre qui s’est exempté de tout code, et qui véhicule un message à sa manière.

Pour aborder “Entrax” ou la tape de manière générale. Il n’en est pas moins important de parler des prods. Planantes, simples, saturées et surtout signées Rolla. Beatmaker et acteur de la scène rap actuelle à Lyon, il a également fait partie de Lyonzon pour monter en parallèle son collectif Nouvelle Conscience avec Mazoo et So Sama.

 

Il y a un an, Rolla sortait sa mixtape “Équipe type” avec 14 tracks de qualité et des kicks puissants tout le long. Le tour de force du projet résidait dans sa consistance. Malgré sa densité, il n’en était pas moins comestible. L'enchaînement d’invités témoigne de la qualité du travail du producteur. Il est permis par la variété des prods. Dans son équipe, on ne sait pas vraiment qui est Rolla, le numéro 10 ou l'entraîneur.

 

 

Sur la “Saturn Tape Vol.1” l’idée de “comestibilité” du projet se retrouve de la même manière.

En vérité, le trio Azur, Bushi et Rolla propose un style unique du début à la fin du projet. La tape a une réelle identité, une couleur qui lui est propre. Pourtant, les ambiances varient, la prod de “PHÉNOMÈNE RAVEN” et l’entame du second couplet secouent facilement celui qui les écoute.

Sur “GRAVITI” ou “COSMOS”, le mood est bien plus calme. Il pose le jeu et offre à l’auditeur la possibilité de se poser et de contempler l’univers proposé. A l’inverse sur “ARTHUR MORGAN” et “DONNA”, les subs frappent dans le ventre et les flows assènent des coups derrière la nuque.

Au micro, le duo fait preuve de facilité, ils se complètent. On ressent également l’aisance entre eux et le producteur. Il n’en sont pas à leur coup d’essai à vrai dire. Pourtant, on est là dans une sorte de nonchalance vraiment osée. C’est sûrement l’aspect osé des placements qui fait le charme du projet et toute sa complexité.

Azur, Bushi et Rolla viennent directement de l’espace pour rayonner sur le rap français. Saturn Tape : vol 1 est minimaliste, efficace et différente de ce que l’on a l’habitude d’écouter. Une identité forte qu’ils propagent sur le Cloud, et maintenant sur Youtube grâce à PIĒGE Studios.