Sheck Wes va vous claquer des dunks sur la tête

07/12/2018

Dans pas si longtemps que ça, Sheck Wes va vous claquer des dunks sur la tête.
Si vous avez la chance de venir à nos soirées roues arrières, vous avez sûrement entendu l'un des singles de Sheck Wes. Si vous trainez, diggez un peu les actus Rap US, vous avez sûrement croisé "Mo Bamba", son Hit.
Aujourd'hui, voici une review de l'album "Mudboy", un projet qui m'a marqué ces derniers mois. 

 

 

Comme Mohammed Bamba, le joueur de Basket à qui il fait référence dans son single, Skeck Wes a fêté ses 20 ans cette année.  Ce n'est pas le seul point commun entre les deux hommes. Tout deux viennent d'Harlem, et sont des espoirs dans leur discipline.
L'un joue Pivot, et vient d'être choisi en sixième position de la draft par la franchise des Magic D'orlando. L'autre fait de la Trap et a lui aussi été repéré par les grands de sa discipline.

 

Sheck Wes a sans forcer intégré la NBA du Rap en 2018. Son morceau "Mo Bamba" a passé les 27 millions de vues. Il a enchainé avec Chippi Chippi et son clip tout aussi dingue que le premier cité.  La même année, il apparaît aux côtés de Travis Scott sur l'excellent Astroworld avec le titre No Bystanders. Bon, force est de constaté qu'il est là avant tout pour un refrain en 4 mots "Fuck The Club Up". Ce n'est pas sur ce type de morceaux que "Sheck Jesus" comme l'appellent certains se distingue mais si son Adlib "Bitch" a sans doute séduit le plus grand fan d'Adlib en activité : Travis Scott. Après tout, si Travis invitait votre rappeur préféré pour un refrain en trois il irait non ?
Pour couronner le tout, Wes a signé dans le club du coin, chez GOOD Music le label de Kanye West. Avouons qu'en ce moment vu de France ce n'est pas forcément très Trendy de signer chez le meilleur pote de Donald.

Bref, en 2017 Sheck Wes a sorti deux morceaux "Live SheckWes Die SheckWes" et "Mo Bamba" qui atteint la 18ème place du Top Rap/R&B Américain. Une vraie année de Rookie prêt à tout renverser sur son passage. Il avoue au site "Genius" que quand il dit "I got Hoes calling a young nigga phone" il ne parle pas de femmes mais des producteurs et des businessmen qui se sont intéressés à lui.
On souhaite à Mo Bamba l'original le même parcours !

 

 

L'intro du projet est intriguante, futuriste avant tout.  La prod est signée DigitalNas un jeune sorti d'Atlanta. Elle installe une réelle atmosphère en ce début de projet. On sent un gros travail sur les snares. Cette intro cristallise bien ce qu'on entendra sur les 13 autres du projet. Pourtant, vous le verrez les ambiances varient pas mal. Les instrumentales des deux morceaux qui suivent sont de YungLunchBox le producteur avec qui il travaille le plus.

 

On commence à y sentir la folie de Sheck Wes. Cette même folie qu'on voit à l'écran lors des clips comme dans celui de Chippi Chippi cité plus haut et dernier en date. Ce côté criard et torturé, Sheck l'entretient à merveille grâce aux inserts de "Bitch" et "Mudboy" que l'on entend du premier au dernier track.  Dès la fin du titre "Live Sheck Wes" on cerne le personnage et toute sa folie.

 

 

Sur "Kyrie", Sheck établit un nouveau parallèle avec la NBA en se comparant avec le meneur de jeu des Boston Celtics : Kyrie Irving. Peu après, il change presque totalement de visage en calmant le jeu avec "Burn Slow" l'interlude bien méritée après le banger de la Tape.
Deux morceaux plus tard il s'énerve et place un "Fuck Everybody" bien senti. L'ordre des morceaux paraît donc bien calculé pour équilibrer le projet et montrer les différentes facettes de l'artiste.

Pour preuve Sheck Wes se montre bien calme lors de "Danimals" et "Vetements Socks" où il place des montées presques soutenues d'un cri comme l'aurait fait Kanye à une certaine époque.

 

Sheck Wes avait un éventail de possibilités face à lui. Il a décidé de montrer toute l'étendue de son talent à travers un projet dense et équilibré dans les prods comme dans son apport en tant que rappeur. Une belle première pierre qui laisse imaginer une tournée pourquoi pas jusqu'en Europe !

 

Alors que la liste des FreshMen du magazine XXL a suscité beaucoup d'interrogations tellement elle était facile, on se demande pourquoi ce genre d'artiste ne s'y retrouve pas. On se souvient notamment de la présence presque incompréhensible d'artistes ayant déjà montré leur capacité à créer des hits comme Ski Mask et Lil Pump pour ne citer qu'eux. 

 

Article illustré par Charlie de la Forêt